L’hypothermie

L’hypothermie

Qu’est-ce qu’est exactement l’hypothermie? 

Nombreuses sont les informations qui circulent sur cet état et sur la façon d’agir face à une personne en présentant des signes, mais qu’est-ce qu’est exactement l’hypothermie ? Nous associons souvent l’état d’hypothermie à un environnement froid et il est vrai que ce facteur peut grandement y contribuer, mais en vérité, notre corps est de façon constante en train de combattre le froid, et ce, même quand la température est clémente.

La température corporelle de l’être humain se situe entre 36°C et 37°C dépendamment des littératures.  Or, la température ambiante en Amérique du Nord dépasse rarement 35°C et est très variable durant les journées d’été.  Durant les périodes hivernales bien sûr, il ne faut pas compter sur la température extérieure pour nous réchauffer.  Le corps doit donc constamment produire de la chaleur.  Cette chaleur est produite majoritairement par l’activité musculaire et est transportée à travers le corps via le système cardiovasculaire.  

Pour revenir à la question de base : qu’est-ce que l’hypothermie, la définition la plus simple est l’abaissement de la température corporelle en dessous de 36°C donc à partir de 35°C ! Sur le site du gouvernement du Québec (https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/hypothermie#c2706) l’hypothermie est divisée en 3 catégories sois : l’hypothermie légère, modérée et sévère et sont catégorisée par la température atteinte par le corps.  

De notre côté, nous pouvons catégoriser l’état d’une victime par les signes et symptômes qu’elle présente.  Le tableau suivant est un bon guide pour différencier les états.

Gravité de l’hypothermie Symptômes
Avant d’être en hypothermie
  • Température buccale un peu plus élevée que 35 °C
  • Inconfort
Hypothermie légère
  • Température buccale entre 32,2 et 35 °C
  • Frissons
  • Extrémités froides (oreilles, nez, joues, doigts et orteils)
  • Engourdissement des extrémités (doigts, orteils), au point de provoquer des maladresses
Hypothermie modérée
  • Température buccale entre 28 et 32,2 °C
  • Manque de coordination
  • Difficulté à parler
  • Confusion
  • Comportement inhabituel ou anormal
  • Jugement affaibli
  • Respiration et pouls rapides
Hypothermie grave
  • Température buccale plus basse que 28 °C
  • Arrêt des frissons
  • Regard vide
  • Perte de conscience
  • Respiration ralentie
  • Arrêt respiratoire
  • Arrêt cardiaque
  • Décès

Parmi les facteurs favorisant l’hypothermie, il a bien sur l’environnement froid.  Je fais référence à tous les éléments extérieurs au corps comme : la température ambiante, la surface sur laquelle la personne se trouve (terre, neige, sol humide), le facteur éolien, la pluie, etc.  L’humidité est l’autre facteur le plus connu.  La plupart des gens ont déjà suivi une formation ou simplement entendu dire qu’il faut retirer les vêtements mouillés d’une personne présentant des signes d’hypothermie.  L’eau est en effet un conducteur de chaleur très efficace.  C’est d’ailleurs le procédé utilisé par le corps lui-même pour abaisser sa température en excrétant la transpiration.  Si vous avez déjà fait des activités intenses extérieures, il vous est sûrement déjà arrivé d’avoir très chaud et lors d’une pause vous mettre à avoir très froid.  La chaleur quant à elle est principalement produite par l’activité musculaire.  C’est d’ailleurs la fonction de grelottement.  

Mis à part retirer les vêtements mouillés, plusieurs autres gestes permettent de réduire la perte de chaleur.  Par exemple, l’isoler du sol humide ou froid, couvrir la personne ou lui faire boire des liquides chauds.

L’hypothermie

Autres facteurs

Tout ceci constitue la partie la plus connue de l’hypothermie, mais saviez-vous qu’il existe plusieurs autres facteurs qui ne sont pas reliés à la température ambiante?  Les personnes victimes d’un traumatisme physique sont très à risque de subir une baisse de température corporelle. À la manière du liquide de refroidissement d’une voiture qui transfère la chaleur du moteur vers l’habitacle, la circulation sanguine est le principal mécanisme qui contribue à gérer la température et à transporter la chaleur.  Une blessure causant une perte sanguine peut abaisser considérablement la température corporelle.  Il s’agit d’un cercle vicieux, car l’hypothermie nuit au processus de coagulation et diminue la capacité du corps à contrôler ses saignements.  Même en Afghanistan sous un soleil de plomb, en présence de blessures de combat causant des saignements importants, l’hypothermie était un problème majeur à gérer.  La gestion de la température corporelle est d’ailleurs un des éléments majeurs enseignés aux militaires lors des cours de premiers soins en situation de combat.  C’est aussi la raison pour laquelle ce sujet se retrouve dans toutes nos formations et l’entraînement.

Outre la perte de volume sanguin, plusieurs autres facteurs peuvent nuire au maintien de la température corporelle.  On compte, entre autres, la déshydratation qui a pour effet de réduire le volume sanguin et l’intoxication par drogue et alcool qui a pour effet de diminuer la capacité à ressentir le froid ou à enclencher les mécanismes de défense.

En résumé, afin de prévenir l’hypothermie, restez hydraté, portez des vêtements adaptés à votre activité.  Si vous ou une personne qui vous accompagne subissez une blessure, isolez-vous rapidement du sol, couvrez-vous rapidement après avoir appliqué les premiers soins.  Si vous pratiquez une activité dans un environnement à risque de blessure, évitez de consommer de l’alcool ou des drogues.  

Pour en savoir plus sur l’hypothermie et sur les soins à appliquer en cas d’urgence, joignez-vous à une de nos formations.

Michaël Langlois

Directeur de Formation

CSMTE.